Arte, l’Europe au cœur

Arte, l’Europe au cœur


La chaîne franco-allemande déploie un important dispositif pour couvrir les élections européennes du 26 mai.

Par Alain Constant Publié le 29 avril 2019 à 12h00

Temps de Lecture 2 min.

La journaliste française Loreline Merelle a été en poste à Bruxelles durant cinq ans.
La journaliste française Loreline Merelle a été en poste à Bruxelles durant cinq ans. ARTE / EUROPE 2019

Sous le soleil strasbourgeois, les longues tables en bois situées sur la terrasse de la cantine d’Arte sont prises d’assaut. Les journalistes et techniciens de la rédaction de la chaîne franco-allemande qui profitent de ce moment de détente ont, dans leur champ de vision, l’imposant bâtiment du Parlement européen, situé à quelques centaines de mètres seulement. Cette proximité géographique se retrouve à l’antenne.

Car, élections européennes ou pas, Arte a toujours proposé de nombreux programmes destinés à mieux comprendre l’Europe, dans toutes ses composantes. Reportages dans les JT, magazines, débats bien sûr. Mais aussi multiples programmes de formats très divers sur le Web, terrain de jeu propice aux expérimentations. « Arte traite l’Europe en permanence », confirme Marco Nassivera, le directeur de l’information qui, à l’approche du scrutin du 26 mai, « ressent pour la première fois dans l’opinion publique un intérêt réel pour les questions de politiques européennes ».

Sur les réseaux sociaux, Arte multiplie les entrées sur les sujets européens à travers Facebook ou Instagram

Afin de satisfaire les curiosités sur ces questions complexes, Nassivera et ses équipes ont multiplié les sujets courts, les reportages de fond, les entretiens de candidats repris in extenso sur le Web. On retrouve ces rendez-vous européens dans des programmes aussi divers que les JT, « Vox Pop » ou « 28 minutes », animé par Elisabeth Quin. Sans oublier les réseaux sociaux, où Arte multiplie les entrées sur les sujets européens à travers Facebook ou Instagram par exemple. Car pour attirer un nouveau public, il faut innover.

D’où l’apparition de nouveaux formats. « Comment toucher un public plus jeune qui ne va pas sur nos antennes classiques mais dont l’appétence pour l’Europe est réelle ? Nous avons monté une petite rédaction dite évènementielle composée de journalistes, d’un graphiste et d’une monteuse. Le but est de parler de l’Europe avec un ton un peu plus décontracté, une écriture plus souple, tout en restant sérieux dans les contenus. »

Pédagogie et humour

Concrètement, un tandem de jeunes journalistes présentatrices a été embauché pour animer pendant six mois ce média baptisé Europe 2019. La Française Loreline Merelle a été en poste à Bruxelles durant cinq ans et connaît parfaitement les arcanes de la politique européenne. L’Allemande Anja Maiwald, elle, a travaillé dans la presse quotidienne régionale française (au Dauphiné libéré). En dépit de leur inexpérience devant la caméra, les deux jeunes femmes, choisies à l’issue d’un casting pour lequel les candidatures ont afflué, se montrent très à l’aise dans l’exercice.

La journaliste allemande Anja Maiwald  a travaillé dans la presse quotidienne régionale française (au « Dauphiné libéré »).
La journaliste allemande Anja Maiwald  a travaillé dans la presse quotidienne régionale française (au « Dauphiné libéré »). ARTE / EUROPE 2019

Notamment lors de la rubrique « Europe et hop ! » durant laquelle les infos européennes marquantes du jour (trois à cinq) sont décortiquées, expliquées et animées avec pédagogie et une dose d’humour bienvenues en quelques minutes. Le premier numéro d’Europe 2019, média éphémère mais précieux, a été diffusé le 4 février. Le dernier est prévu le 5 juillet prochain, lors de la première session du Parlement à Strasbourg. Le soleil devrait encore y briller.

Sur le Web : www.arte.tv/fr/videos/RC-017178/europe-2019/

Alain Constant



En Savoir Plus

Post Comment