attaqué au Congrès, le ministre de la justice de Trump cible le procureur Mueller

attaqué au Congrès, le ministre de la justice de Trump cible le procureur Mueller


Auditionné au Sénat mercredi, William Barr a défendu pied à pied le président. Avant d’annoncer qu’il n’irait pas devant la Chambre des représentants, jeudi.

Par Gilles Paris Publié hier à 05h09, mis à jour hier à 10h43

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Le procureur général William Barr témoigne lors d’une audience du comité judiciaire du Sénat, à Washington, le 1er mai.
Le procureur général William Barr témoigne lors d’une audience du comité judiciaire du Sénat, à Washington, le 1er mai. ANDREW HARNIK / AP

Donald Trump en a fini pour l’instant avec l’« enquête russe », mais son attorney general (ministre de la justice) ne peut pas en dire autant. Confirmé dans ses fonctions au début de l’année, William Barr, qui avait déjà occupé ce poste il y a près de trente ans auprès de George H. W. Bush, est en effet empêtré dans sa gestion des conclusions de l’enquête consacrée aux interférences prêtées à la Russie par le renseignement américain pendant la campagne présidentielle de 2016.

En mars, William Barr avait conclu, à la suite du procureur spécial, Robert Mueller, à l’absence de preuves d’une collusion entre l’équipe de campagne de Donald Trump et Moscou. Il avait écarté aussi le soupçon d’obstruction à la justice qui pesait sur le président, ce que l’ancien directeur de la police fédérale (FBI) s’était refusé à faire. Depuis la publication de la note de quatre pages du ministre de la justice, ce dernier est accusé par le camp démocrate d’avoir interprété l’enquête dans le sens le plus favorable au locataire de la Maison Blanche.

Lire aussi Dans le rapport Mueller, un Donald Trump déplorable mais pas coupable

A la veille d’auditions délicates au Congrès, mercredi 1er et jeudi 2 mai, cette impression a été confirmée par la révélation par le Washington Post d’une lettre adressée le 27 mars par le procureur Robert Mueller à son supérieur hiérarchique. Dans cette missive très inhabituelle, l’ancien patron du FBI réagissait à la publication, le 24 mars, de la note de William Barr, en estimant qu’elle n’avait pas reflété « le contexte, la nature et le contenu » de ses investigations.

« Il y a maintenant une confusion du public à propos d’aspects critiques des résultats de notre investigation. Cela menace l’un des objectifs centraux pour lesquels le ministère a nommé un procureur spécial : assurer la pleine confiance du public dans les résultats de l’enquête », a ajouté le procureur spécial.

Les faits ont donné plutôt raison à Robert Mueller. La publication de la quasi-totalité de son rapport, le 18 avril, a attesté que ce dernier était bien moins favorable au président que ne l’avait laissé entendre le ministre de la justice. Il a notamment montré que Donald Trump a cherché à limoger Robert Mueller et qu’il a exercé des pressions multiples sur son enquête.

Lire aussi Le rapport Mueller est vite devenu un succès d’édition aux Etats-Unis

Une lettre « un peu mesquine »



En Savoir Plus

Post Comment