Au Burkina Faso, 14 morts dont “des enfants” dans l’attaque d’une église protestante

Au Burkina Faso, 14 morts dont “des enfants” dans l’attaque d’une église protestante



Publié le : Modifié le :

Au moins 14 fidèles dont “des enfants” ont été tués dimanche, dans l’est du Burkina Faso, lors de l’attaque d’une église protestante pendant un service religieux.

Quatorze fidèles, dont “des enfants”, ont été tués, dimanche 1er décembre, pendant un service religieux lors de l’attaque d’une église protestante à Hantoukoura (est du Burkina Faso), localité de la commune de Foutouri, frontalière du Niger, a indiqué une source sécuritaire.

Une “opération de ratissage” a été lancée par le groupement militaire de Foutouri pour retrouver les “traces des assaillants”, qui se sont “enfuis à bord de motocyclettes”.

Signalée aux environs de midi, cette attaque a été perpétrée par une “dizaine d’individus lourdement armés”, qui “ont exécuté froidement les fidèles, dont le pasteur de l’église et des enfants”, a précisé la même source.

Dans son communiqué, le gouvernorat précise que “les forces de défense et de sécurité” se sont déployées “pour porter secours aux personnes blessées”.

Le gouvernement “présente ses condoléances attristées aux familles éplorées et à la communauté religieuse protestante”.

Attaques récurrentes

Au Burkina Faso, pays sahélien pauvre d’Afrique de l’Ouest, les attaques attribuées à des groupes jihadistes contre les églises ou des religieux chrétiens se sont multipliées récemment.

Le 26 mai dernier, quatre fidèles avaient été tués lors d’une attaque contre une église catholique à Toulfé, localité du nord du pays.

Quelques jours auparavant, le 13 du même mois, quatre catholiques avaient été tués lors d’une procession religieuse en l’honneur de la Vierge Marie à Zimtenga, toujours dans le Nord.

La veille, six personnes, dont un prêtre, avaient été tués lors d’une attaque pendant la messe dans une église catholique à Dablo, une commune de la province du Sanmatenga, également dans le nord du pays.

Le 29 avril, six personnes avaient été tuées lors de l’attaque de l’église protestante de Silgadji, dans le Nord.

À la mi-mars, l’abbé Joël Yougbaré, curé de Djibo (nord), avait été enlevé par des individus armés.

Le 15 février, le père César Fernandez, missionnaire salésien d’origine espagnole, avait été tué dans le centre du Burkina Faso.

Plusieurs imams ont également été assassinés par les jihadistes dans le nord du Burkina depuis le début des attaques il y a quatre ans.

Avec AFP



En Savoir Plus

Post Comment