barre fatale, repos et derniers qualifiés

barre fatale, repos et derniers qualifiés


Suède – Etats-Unis (groupe F) : 2-0. Deux accélérations, puis une vitesse de croisière. Voilà le scénario de la rencontre au sommet du groupe F. Après leurs impressionnantes victoires face à la Thaïlande et au Chili, les Américaines ont remporté leur troisième rencontre de poules, jeudi 20 juin, en s’imposant sans trembler face à la Suède. Si les Blågult (Bleues et Jaunes) se sont montrées plus coriaces que les deux premières adversaires des championnes du monde, elles n’ont pas su concrétiser leurs rares occasions. Un souci que n’a pas connu Team USA, qui a ouvert la marque dès la troisième minute, par Horan. Dans une rencontre où les équipes, largement remaniées, ont géré en vue de la suite de la compétition, les Américaines ont frappé à nouveau dès l’entame de la seconde période. En bénéficiant d’un coup de pouce de la VAR, qui a estimé que Lloyd, nettement hors jeu, ne faisait pas action de jeu sur le but inscrit par Heath, dans un angle fermé (50e). Suffisant pour assurer une troisième victoire en trois matchs aux Etats-Unis.

Lire aussi : Les Etats-Unis battent la Suède et poursuivent leur sans-faute

Pays-Bas – Canada (groupe E) : 2-1. Et si l’orange restait à la mode cet été dans l’Hexagone ? En prenant le meilleur sur le Canada, jeudi, les Néerlandaises ont affiché leurs ambitions dans la compétition. Premières de leur groupe, les championnes d’Europe l’ont emporté et prouvé que leurs deux premières rencontres en demi-teinte n’étaient qu’une entrée en matière. Opposées à l’imprenable défense canadienne, les Lionnes oranges ont inscrit deux buts, par la Montpelliéraine Dekker (54e) et la remplaçante Beerensteyn, six minutes après son entrée en lice. Entre-temps, l’inévitable Sinclair avait répondu, et inscrit son 182e but sous le maillot des Canucks. A deux buts du record de l’Américaine Abby Wambach, qu’elle pourrait effacer des tablettes si le Canada poursuit sa route au-delà des huitièmes.

Lire aussi : Les Néerlandaises surprennent les Canadiennes et se rassurent

Thaïlande – Chili (groupe F) : 2-0. Cette barre va hanter Lara longtemps. Dans le dernier match de la phase de groupes, voyant s’affronter deux équipes à zéro point, le Chili savait ce qu’il avait à faire pour poursuivre sa route. L’emporter par trois buts d’écart face à la faible Thaïlande. Dans cette rencontre entre la pire attaque et la pire défense, les approximations ont été nombreuses, et le Chili a trouvé les montants adverses à deux reprises en première période. C’est animée de meilleures intentions que la Roja est revenue, et a inscrit deux buts en une demi-heure : un contre son camp de la gardienne thaïlandaise, Boonsing (49e), consécutif à un tir sur le poteau, puis une tête d’Urrutia (79e). A cinq minutes du terme, les Chiliennes obtiennent un penalty, qui peut leur ouvrir la porte des huitièmes (et éliminer le Nigeria). Las, Lara l’expédie sur la transversale. A une barre près, le Chili ne figure pas parmi les quatre meilleurs troisièmes et rate une qualification historique. Cinq ans après leur compatriote Pinilla au Mondial 2014, l’histoire a semblé se répéter.

Le Chili ne poursuivra pas sa route dans la Coupe du monde.
Le Chili ne poursuivra pas sa route dans la Coupe du monde. LOÏC VENANCE / AFP

Cameroun – Nouvelle-Zélande (groupe E) : 2-1. Il y aura deux équipes africaines en huitièmes de finale, une première en Coupe du monde. Vainqueur in extremis de la Nouvelle-Zélande, le Cameroun a arraché son ticket. A l’ultime seconde, Nchout Njoya a inscrit un but salvateur (90+ 5), au terme d’une série de dribbles déroutants. C’était déjà elle qui avait offert l’avantage aux Lionnes indomptables quelques minutes après la reprise (57e). Mais à la suite d’une erreur grossière, les Néo-Zélandaises ont égalisé sur un but contre son camp de la Dijonnaise Marie-Aurelle Awona, manquant son dégagement et trompant sa gardienne (80e). C’était sans compter Nchout Njoya.

Lire aussi : France – Brésil, Espagne – Etats-Unis et toutes les affiches des huitièmes de finale

Vendredi 21 juin, c’est journée de repos (et Fête de la musique…), avant le début des matchs des huitièmes de finale, samedi 22 juin. L’Allemagne ouvrira le bal, à 17 h 30 à Grenoble, contre des Nigérianes sauvées des eaux. En soirée (21 heures), la Norvège et l’Australie se disputeront un ticket pour les quarts de finale.

Les Anglaises, qui joueront dimanche à Valenciennes contre le Cameroun, ont, en tout cas d’ores et déjà décidé de profiter d’une pause bien méritée.

« Je ne comprends toujours pas totalement comment ça marche, mais je comprends suffisamment pour savoir que je hais la VAR. »

La première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, n’a pas vraiment apprécié l’arbitrage du match Ecosse-Argentine, mercredi 19 juin. Tout particulièrement le recours à l’assistance vidéo (VAR) qui a conduit à retirer un penalty permettant aux Argentines de revenir à égalité avec les Ecossaises (3-3). Et d’éliminer ces dernières de la compétition.

Lire aussi Coupe du monde féminine : « Mesurer au millimètre, ce n’est pas le foot »

« Un clic, un instant de mon quotidien de footballeuse ». On pourrait résumer par ces quelques mots le projet Goal Click : confier un appareil photo à des footballeuses évoluant en sélection nationale dans différents pays à travers le monde afin qu’elles capturent quelques instants de leur vie de tous les jours dans les semaines ayant précédé la Coupe du monde en France. De la Norvège à la Jamaïque, des Pays-Bas à la Thaïlande, en passant par le Brésil ou encore l’Australie, chacune des joueuses qui a accepté de jouer le jeu a ainsi proposé un instantané. Ces photos témoignent des conditions dans lesquelles ces jeunes femmes évoluent, sur les terrains, ou en dehors.

Des multiples stats qui ont émaillé cette ultime journée de la phase de groupes, on aurait pu choisir les improbables nouveaux records liés au score fleuve de la rencontre Etats-Unis – Thaïlande. Les Américaines sont ainsi les premières à marquer 18 buts en phase de groupes, et les Thaïlandaises sont les premières à en encaisser 20. Pourtant, une stat plus importante encore saute aux yeux. La meilleure buteuse de cette phase de groupes ne joue pour aucune des équipes en lice : avec 8 buts contre son camp inscrits, le CSC domine en effet largement ce classement.

Avis aux retardataires, la FIFA a annoncé la mise en vente de billets supplémentaires pour les huitièmes de finale, dont le nombre dépendra des équipes finalement qualifiées…

Dans la famille « meilleur costume de supporteur », je demande la fille. Cette jeune américaine venue encourager son équipe au Parc des Princes a fait fondre le public mais aussi les forces de l’ordre parisiennes grâce à un déguisement de Statue de la liberté plutôt réussi.

Réagissez ou consultez l’ensemble des contributions





En Savoir Plus

Post Comment