Bouffée d’optimisme en Inde pour les vendeurs de bidis

Bouffée d’optimisme en Inde pour les vendeurs de bidis


La récente interdiction de la cigarette électronique ravit les marchands de ces mini-cigarettes, qui espèrent attirer des consommateurs privés de vapotage. Reste que la dangerosité de ce produit est avérée depuis longtemps.

Par Publié aujourd’hui à 01h08

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

La fabrication des bidis est une tâche exclusivement féminine. Ici, dans un atelier d’emballage de Bombay.
La fabrication des bidis est une tâche exclusivement féminine. Ici, dans un atelier d’emballage de Bombay. GUILLAUME DELACROIX

Harish Shah est un homme heureux. Depuis son bureau décrépit de Dadar East, quartier animé de Bombay, il a appris, le 18 septembre, que le gouvernement de l’Inde venait d’interdire le commerce des cigarettes électroniques. C’est, d’après lui, « une très bonne nouvelle ». Non que cet entrepreneur, toujours actif à 75 ans, se soucie de santé publique. « Je ne crois pas du tout les gens qui prétendent que fumer tue. Les médecins et les ONG nous mentent », ose-t-il affirmer.

L’argumentaire de ce patron de PME, qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 12,5 millions de roupies par an (un peu plus de 160 000 euros), laisse songeur : « Il y a encore une centaine d’années, nos aïeux fumaient tous, mais ils n’attrapaient pas le cancer pour autant. » D’ailleurs, le cancer est « un germe parmi d’autres, présent dans le corps de tous les humains ». C’est, dit-il, « nos modes de vie modernes » qui déclenchent la maladie, rien d’autre.

Non, si M. Shah est heureux, c’est parce que son commerce de bidis, en perte de vitesse ces dernières années, va peut-être reprendre du poil de la bête. La jeune génération tournait le dos au tabac, mais la voilà désormais privée de vapotage dans les cours de collèges et de lycées, ce qui devrait l’amener à revoir sa position, pense-t-il, « malgré les pubs du gouvernement contre le tabagisme ». Et à privilégier la bidi.

Taux de nicotine « significativement plus élevé »

Cette mini-cigarette est constituée de tabac haché roulé dans une feuille de tendu, l’ébène de Coromandel, un arbre indien. Elle a le bon goût de passer pour de l’eucalyptus au nez des ignorants. Les bidis sont présentées comme « 100 % naturelles » par M. Shah. Un argument qui pourrait faire mouche, dans un monde hanté par les risques que font courir produits phytosanitaires et autres perturbateurs endocriniens, si la dangerosité de la bidi n’était depuis longtemps avérée.

Lire aussi L’Inde interdit les cigarettes électroniques pour améliorer la « santé publique »

Ainsi que l’a rappelé l’an passé le Centre de recherche sur les politiques publiques (CPPR) de Cochin, au Kerala, la bidi contient « moins de tabac qu’une cigarette conventionnelle », mais son taux de nicotine est « significativement plus élevé ». Et le risque auquel il expose le fumeur est bien supérieur, car il est plus difficile de tirer sur une bidi sans filtre que sur une cigarette. Le consommateur est obligé d’inspirer plus profondément, faisant pénétrer la fumée plus loin dans ses poumons. Harish Shah l’ignore sans doute, les maladies que provoque la bidi coûtent à la collectivité l’équivalent de 0,5 point de PIB.



En Savoir Plus

Post Comment