Charlie Dalin et Yann Eliès (Apivia) s’imposent en classe Imoca

Charlie Dalin et Yann Eliès (Apivia) s’imposent en classe Imoca



Publié le :

Les Français Yann Eliès et Charlie Dalin ont remporté la Transat Jacques-Vabre à bord du tout nouveau monocoque volant Apivia, dans la catégorie phare des Imoca, samedi soir à Salvador de Bahia.

Au terme d’une époustouflante régate, Yann Eliès et Charlie Dalin, à bord du tout nouveau monocoque volant Apivia, ont remporté la Transat Jacques-Vabre dans la catégorie phare des Imoca, samedi soir à Salvador de Bahia (Brésil).

“On est heureux, on est émus”, a déclaré Charlie Dalin, à son arrivée de nuit à la marina du port de Salvador de Bahia, où les deux navigateurs ont été accueillis avec une corbeille de fruits et deux caïpirinhas au rythme d’un groupe local de percussions.

Le tandem a coupé la ligne d’arrivée 21h23 heure locale (1h23 heure française), au terme d’une traversée depuis le Havre de 13 jours, 12 heures et 8 minutes.

“On est arrivé de nuit, sous les lumières de la ville et au son des musiques brésiliennes, c’était un beau moment après treize jours de mer”, a commenté le skipper havrais Charlie Dulin, au micro de France 24.

“En tant que Havrais, c’était une course très importante pour moi : j’ai grandi avec, elle a contribué à ma passion pour la course au large… Être skipper de cet incroyable bateau et l’emporter, je n’aurais pu rêver aussi loin que ça dans ma jeunesse”, a-t-il encore déclaré.

Dalin et Eliès ont ravi la victoire au tandem de favoris Jérémie Beyou et Christopher Pratt, à bord du foiler noir Charal. Ces derniers ont fait les frais du Pot-au-noir, cette zone au-dessus de l’équateur tant redoutée des marins à cause de ses vents changeants et difficilement prévisibles.

Entré dans la zone avec 130 milles nautiques d’avance sur Apivia, Charal en est ressorti au bout de trois jours avec… 350 milles de retard.

“Un sacré Pot-au-Noir”

“Il y a eu un sacré Pot-au-Noir, je pense que je m’en rappellerai longtemps de ce passage de Pot”, a insisté Charlie Dalin.

“On a pensé à Charal, on a pensé à Jérémie [Beyou] et à Christopher [Pratt] parce qu’ils ont fait une super course”, a ajouté Yann Eliès. “On a eu mal pour eux, ça c’est sûr”.

Jérémie Beyou a d’ailleurs avoué il y a quelques jours que ce passage du Pot-au-Noir avait été “vraiment terrible, un des pires moments de ma carrière”.

Charal reste toutefois à la lutte pour la 2e place, avec le PRB du duo Kevin Escoffier/Nicolas Lunven.

Dalin et Eliès “ont fait une super course”, a apprécié de son côté Antoine Mermod, président de la classe Imoca, ces bateaux de 18 mètres également en compétition dans le Vendée-Globe, l’emblématique course autour du monde en solitaire et sans assistance, dont la neuvième édition partira dans tout juste un an.

“Au départ, ils sont partis assez prudemment, ils n’ont pas cherché à tirer trop sur le bateau, puis au fur et à mesure ils se sont pris au jeu de la régate”, a-t-il analysé lors d’un entretien avec l’AFP.

Yann Eliès, 45 ans, avait déjà remporté la Jacques-Vabre , avec Jean-Pierre Dick (St Michel – Virbac), dans cette même catégorie lors de la dernière édition de la course, en 2017. Le navigateur originaire de Saint-Brieuc, notamment vainqueur de trois Solitaire du Figaro, avait aussi remporté la Transat en 2013 dans la catégorie des multicoques.

Pour le skipper Charlie Dalin, 35 ans, il s’agit de la deuxième participation, après une première traversée en 2015, avec Yann Eliès déjà. Ils étaient alors montés sur la 3e marche du podium au terme d’une course extrêmement disputée.

Avec AFP



En Savoir Plus

Post Comment