De rares images des Awa, tribu isolée et menacée en Amazonie

De rares images des Awa, tribu isolée et menacée en Amazonie


Cette tribu, qui ne compte que quelques dizaines de membres, est menacée par les trafiquants de bois et la politique du gouvernement brésilien. Une ONG les a filmé car « si le monde ne les voit pas, ils seront tués ».

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 08h26, mis à jour à 09h05

Temps de Lecture 2 min.

Un membre de la tribu des Awa, dans la forêt amazonienne, au Brésil, en août 2018.
Un membre de la tribu des Awa, dans la forêt amazonienne, au Brésil, en août 2018. HO / AFP

Une association de vidéastes indigènes a diffusé lundi 22 juillet, par l’intermédiaire de l’ONG Survival International, une vidéo présentée comme une séquence d’images rares des Awa, une tribu isolée de la forêt amazonienne menacée par des trafiquants de bois.

La vidéo de près d’une minute a été filmée en août 2018 dans l’Etat du Maranhao, dans le nord-est du Brésil. Elle montre un jeune homme torse nu, colliers marron autour du cou et machette à la main, regarder autour de lui et s’éloigner, en compagnie d’un autre individu dont le visage n’apparaît pas, lorsqu’il prend conscience d’une présence étrangère.

« Empêcher un génocide »

« Seule la clameur mondiale peut empêcher un génocide », explique Stephen Corry, directeur de Survival International, dans un communiqué. Les images ont été filmées par un membre d’une autre tribu, les Guajajara, qui fait par ailleurs partie du collectif de vidéastes indigènes Midia India.

« Nous les avons filmés sans leur demander leur autorisation, mais nous savons à quel point il est important de les montrer en image », affirme Erisvan Guajajara, porte-parole de Midia India.

« Si le monde ne les voit pas, ils seront assassinés par les trafiquants de bois. »

Les Guajajara, au nombre d’environ 14 000 dans le Maranhao, ont formé un groupe nommé les « Gardiens de la forêt », qui vise à défendre les territoires indigènes menacés par l’exploitation illégale du bois et l’expansion agricole. Ils transmettent notamment les données GPS de zones où sont retrouvés des troncs découpés et viennent en aide aux pompiers lors d’incendies de forêt.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Brésil : la détresse des indigènes face au mépris de Jair Bolsonaro

Le droit aux terres remis en cause

Les Guajajara sont aussi devenus de fait protecteurs des Awa, tribu isolée qui ne compte que quelques dizaines de membres. « Nous utilisons ces images comme un appel au secours », résume Erisvan Guajajara.

La Constitution brésilienne dispose que les peuples autochtones ont droit à des terres leur étant réservées, où toute exploration minière ou exploitation agricole non traditionnelle est interdite. Mais le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, arrivé au pouvoir en janvier et fortement soutenu par le puissant lobby de l’agro-négoce, remet en cause ce concept en jugeant que les indigènes devraient être « intégrés à la société » et non « confinés comme dans un zoo ».

Lire l’appel des peuples indigènes : « Depuis l’élection de Jair Bolsonaro, nous vivons les prémices d’une apocalypse »

Vendredi, lors d’une rencontre avec des journalistes de médias internationaux, le chef de l’Etat a accusé des groupes étrangers « de vouloir que les indigènes demeurent dans un état préhistorique, sans accès à la technologie et aux merveilles de la modernité ». Il a également remis en cause les données de l’Institut national de recherche spatiale, organisme public qui fait état d’une augmentation de 88 % de la déforestation au Brésil en juin par rapport à juin 2018.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Jair Bolsonaro face à la presse étrangère : « L’Amazonie est au Brésil, pas à vous ! »
Réagissez ou consultez l’ensemble des contributions



En Savoir Plus

Post Comment