déception, colère et tensions sur fond de typhon

déception, colère et tensions sur fond de typhon


C’est aujourd’hui

L’Australien Adam Ashley-Cooper tente d’échapper à un plaquage de l’Urugayen Felipe Berchesi lors de la rencontre du 5 octobre, remportée par les Wallabies (45-10).
L’Australien Adam Ashley-Cooper tente d’échapper à un plaquage de l’Urugayen Felipe Berchesi lors de la rencontre du 5 octobre, remportée par les Wallabies (45-10). AARON FAVILA / AP

Australie-Géorgie (12 h 15) : Alors que les matchs France-Angleterre et Nouvelle-Zélande-Italie, prévus samedi, ont été annulés, jeudi matin, à cause du typhon Hagibis, la rencontre des Wallabies est maintenue. Se jouant à Shizuoka, à deux cents kilomètres de Tokyo, les météorologues estiment que la zone sera épargnée par le vent et la pluie et que le match peut avoir lieu.

L’Australie est d’ores et déjà qualifiée pour les quarts de finale, grâce à la défaite des Fidji face aux Gallois (29-17). Elle devrait finir deuxième de cette poule D et jouer l’Angleterre ensuite, sauf en cas d’une improbable défaite du pays de Galles face à l’Uruguay dimanche.

Côté Géorgie, le bilan sera vraisemblablement une quatrième place, avec une seule victoire face à l’Uruguay (33-7).

C’était hier

Le feuilleton « typhon annulation ». Pour la première fois lors d’un Mondial, deux matchs ont été annulés : France-Angleterre (poule C) et Nouvelle-Zélande-Italie (poule B) qui devaient se jouer samedi. World Rugby avait assuré avant la compétition qu’il n’y aurait aucun report de match, mais qu’en cas d’annulation, les deux équipes empocheraient deux points chacune.

Lire aussi Coupe du monde de rugby : le match France-Angleterre annulé pour cause de typhon

« Bien que nous ayons déployé tous les efforts possibles pour mettre en œuvre un plan de contingence qui permettrait à tous les matches de samedi d’être maintenus, il serait extrêmement irresponsable de mettre en danger les équipes, les supporters, les bénévoles et autres membres du personnel de la compétition durant ce qui est annoncé comme un typhon de forte intensité, a expliqué Alan Gilpin, le directeur exécutif de Rugby World Cup et de la compétition en conférence de presse jeudi 10 octobre. En conséquence, nous avons pris la décision d’annuler certains matchs. »

L’autre nouvelle (bonne pour changer) est que tous les billets seront intégralement remboursés. 70 000 spectateurs étaient attendus pour le Crunch, 45 000 pour le choc entre les All Blacks et la Squadra Azzurra.

C’est très fâcheux

Ce match annulé entre Italiens et Néo-Zélandais (pour les Italiens). Sur le plan comptable, l’Italie avait 10 points et était troisième, la Nouvelle-Zélande en avait 13 et était deuxième. Autrement dit, une victoire contre les Blacks aurait permis aux Transalpins d’accéder aux quarts de finale.

Bon, on est d’accord, il n’y avait aucune chance que cela arrive, sachant que c’est l’Italie et qu’elle n’a jamais, au grand jamais, battu les Blacks. Mais la Squadra n’aura même pas la chance d’essayer. Pas très sport, donc on comprend que nos voisins soient un tantinet fâchés.

« J’ai vu la réaction des joueurs après l’entraînement et c’était horrible parce que ces garçons ont donné leur vie pour le rugby italien et leur Coupe du monde s’est terminée sur un terrain d’entraînement, au lieu du stade », a déploré le sélectionneur italien Conor O’Shea. Il a aussi exprimé sa tristesse de voir les carrières de Leonardo Ghiraldini (104 sélections) et Sergio Parisse (142) s’arrêter ainsi.

« Si l’Italie et la Nouvelle-Zélande décident de ne pas jouer, très bien, a reconnu le capitaine italien devant la presse. Mais si la Nouvelle-Zélande avait [eu] besoin de quatre ou cinq points contre nous, [le match] n’aurait pas été annulé. »

C’est accepté

Les Anglais s’entraînent le 9 octobre à Tokyo.
Les Anglais s’entraînent le 9 octobre à Tokyo. WILLIAM WEST / AFP

Les autres équipes concernées ont été plus diplomates. « Bien sûr nous sommes très déçus. Mais World Rugby a pris une décision et on doit l’accepter », a commenté Eddie Jones, le sélectionneur de l’Angleterre.

Côté Bleus, c’est le vice-président de la fédération française, Serge Simon, qui s’est exprimé : il a indiqué prendre « acte » de cette décision, appelant « tous ses supporters à suivre les consignes des autorités locales ou l’ambassade de France et [s’associant] pleinement à leur déception ».

Les All Blacks, qualifiés d’office pour les quarts sans affronter l’Italie, n’ont pas rechigné. « Quand vous êtes face à un typhon tel que celui auquel nous allons faire face, la sécurité est la chose primordiale, il n’y a même pas à se poser de question là-dessus » a souligné le sélectionneur Steve Hansen.

C’est tendu

Entre l’Ecossse et World Rugby. Car il reste un match décisif à l’Ecosse face au Japon pour une place en quarts, et si Hagibis est encore là, il n’y aura pas de match. Les deux nations peuvent encore prétendre à la qualification : l’Ecosse, 3e avec 10 points, est à quatre longueurs du pays hôte, premier. Une victoire bonifiée des Ecossais et ils iront en quarts. Un match annulé et les Japonais seront qualifiés au détriment du XV du Chardon.

« Avec un potentiel impact sur notre dernier match dans la poule A, la fédération espère pleinement que les plans de contingence seront mis en place pour permettre à l’Ecosse de jouer sur le terrain pour une place en quart de finale et saura se montrer flexible pour y parvenir », peut-on lire sur le compte Twitter de l’équipe écossaise.

L’entraîneur Gregor Townsend est lui aussi monté au créneau, convoquant une conférence de presse inattendue jeudi 10 octobre : « J’attends que le match soit joué, même si c’est à huis clos ou ailleurs. »

Pour l’heure, aucune décision n’a été prise : les organisateurs ont promis d’étudier la situation jusqu’à dimanche matin. Ils auront jusqu’à six heures avant le coup d’envoi (19 h 45, 11 h 45 heure française) pour se décider.

C’est noté

9

Parce qu’il ne s’agirait pas de parler que de typhons, mais aussi un peu de rugby. Neuf, c’est le nombre de joueurs sanctionnés et suspendus par une commission de discipline pour des plaquages dangereux depuis le début du Mondial.

Le deuxième ligne canadien Josh Larsen, exclu lors du match perdu face à l’Afrique du Sud (66-7) mardi, est venu ajouter son nom à la longue liste de mauvais élèves ayant écopé de trois matches de suspension. A savoir, l’Australien Reece Hodge, les Samoans Rey Lee-Lo et Motu Matu’u, l’Américain John Quill, l’Uruguayen Facundo Gattas, ainsi que les Italiens Andrea Lovotti et Nicola Quaglio. L’Argentin Tomas Lavanini avait lui écopé de quatre matches.

Lire aussi Coupe du monde de rugby 2019 : le calendrier des 48 matchs de la compétition
Lire aussi Coupe du monde de rugby 2019 : le classement des différents groupes





En Savoir Plus

Post Comment