Drôle de fair-play, Barça féminin et score erroné… ce qu’il faut aussi retenir du week-end sportif

Drôle de fair-play, Barça féminin et score erroné… ce qu’il faut aussi retenir du week-end sportif


Oui, les footballeurs du Stade rennais ont remporté la Coupe de France (leur premier titre depuis 1971), en battant le PSG aux tirs au but.

Les Rennais après leur victoire contre le PSG, le 27 avril 2019.
Les Rennais après leur victoire contre le PSG, le 27 avril 2019. DAMIEN MEYER / AFP

Oui, les footballeuses de l’Olympique lyonnais se sont qualifiées pour une quatrième finale de Ligue des champions consécutive.

Les Lyonnaises, contre Chelsea, le 28 avril 2019.
Les Lyonnaises, contre Chelsea, le 28 avril 2019. ADRIAN DENNIS / AFP

Oui, Eliud Kipchoge a remporté le marathon de Londres avec le deuxième meilleur temps de l’histoire sur la distance.

Eliud Kipchoge à l’arrivée du marathon de Londres, le 28 avil 2019.
Eliud Kipchoge à l’arrivée du marathon de Londres, le 28 avil 2019. BEN STANSALL / AFP

Mais il s’est passé autre chose ce week-end dans le monde du sport. Et vous êtes peut-être passés à côté.

Les trois leçons du week-end

  • Le fair-play, tu respecteras (à contretemps)
Les joueurs de Leeds célèbrent leur but contre Aston Villa, le 28 avril 2019.
Les joueurs de Leeds célèbrent leur but contre Aston Villa, le 28 avril 2019. ED SYKES / Action Images via Reuters

L’histoire se passe en seconde division du championnat d’Angleterre. A un quart d’heure de la fin, plusieurs joueurs d’Aston Villa arrêtent de jouer. L’un des leurs, Jonathan Kodjia, est resté au sol après un contact. Sauf que les joueurs de Leeds n’en ont pas vraiment cure : ces derniers font semblant de sortir le ballon avant d’aller inscrire le premier but de la rencontre.

Un comportement qui n’a pas du tout plu aux « Villans ». Dans la foulée, un début de bagarre générale a éclaté et l’arbitre de la rencontre a distribué plusieurs cartons, dont un rouge pour un attaquant de Villa, Anwar El-Ghazi.

Après quelques minutes de flottement, le jeu reprend. Pour laisser enfin triompher le fair-play. Comme souvent, la lumière vient de Marcelo Bielsa. L’ancien « Loco » de Marseille, aujourd’hui entraîneur de Leeds, demande à ses joueurs de laisser ceux de Villa marquer pour compenser l’injustice. Tous s’exécutent, à l’exception de l’un d’entre eux, qui n’avait pas l’air au courant. Morale de l’histoire : 1-1, score final.

Avec ce match nul de dimanche, Leeds est assuré de jouer les barrages. Pour Aston Villa, c’est également quasiment fait. Les deux équipes se retrouveront peut-être dans quelques semaines pour le match de la montée.

  • Une dernière danse, tu espéreras

A l’aune du basket français, c’est une petite surprise. Bourges s’est incliné lors des demi-finales aller de la Ligue féminine. Contre Lattes-Montpellier, les Berruyères se sont inclinées de douze points (78-66) et devront remporter les deux prochains matchs (la demi-finale retour, puis la « belle ») si elles veulent accéder à la finale et conserver leur titre de championnes de France. Autant dire que la tâche sera très compliquée pour les coéquipières de Marine Johannès, qui se rendront dans l’Hérault dès mardi soir.

Cette défaite arrive d’autant plus mal que le club berruyer rendait hommage à son président historique, ce samedi après la rencontre. Après vingt-cinq ans à la tête du club, Pierre Fosset va céder sa place de président le 31 mai. Le Berry républicain rapporte que de nombreuses personnalités du basket français sont venues rendre hommage au dirigeant du Tango Bourges Basket, qui espère sans doute que ce match n’était pas le dernier de la saison dans sa salle du Prado.

  • Dans les Ardennes, tu t’imposeras
Jakob Fuglsang à l’arrivée de Liège-Bastogne-Liège, le 28 avril 2019.
Jakob Fuglsang à l’arrivée de Liège-Bastogne-Liège, le 28 avril 2019. Olivier Matthys / AP

Deuxième des Strade Bianche et de la Flèche Wallone, à chaque fois derrière Julian Alaphilippe, puis troisième de l’Amstel Gold Race, au terme d’un finish incroyable, Jakob Fuglsang s’est finalement imposé dimanche lors de la 105e édition de Liège-Bastogne-Liège.

Le coureur danois n’a laissé aucune chance au hasard cette fois-ci et a préféré partir en solitaire à treize kilomètres de l’arrivée, après avoir lâché, trois kilomètres plus tôt, ledit Alaphilippe et la plupart de ses adversaires sur une accélération.

Alors que la victoire se profilait, Jakob Fuglsang a pourtant failli la laisser s’échapper après une glissade dans un virage, mais il a réussi à éviter la chute. Le coureur de 34 ans a ensuite pu profiter de sa première victoire sur la classique ardennaise, où il succède à Bob Jungels.

C’est l’Italien Davide Formolo qui prend la deuxième place devant l’Allemand Maximilian Schachmann. Sixième, David Gaudu est le premier Français. Julian Alaphilippe termine seizième.

Les femmes du week-end : le FC Barcelone

Les joueuses du FC Barcelone après leur qualification pour la finale de la Ligue des champions, le 28 avril 2019.
Les joueuses du FC Barcelone après leur qualification pour la finale de la Ligue des champions, le 28 avril 2019. ALBERT GEA / REUTERS

Pendant que l’Olympique lyonnais allait chercher une quatrième qualification consécutive pour la finale de la Ligue des champions, les femmes de Barcelone viennent de s’y inviter pour la première fois de leur histoire. Les Barcelonaises ont battu le Bayern Munich (1-0), une semaine après leur succès en Allemagne (1-0).

Contrairement aux hommes, il s’agit là d’une première pour le football espagnol, tous clubs confondus. Les Catalanes avaient été éliminées en quarts de finale en 2014, 2016 et 2018. Ainsi qu’en demi-finales, en 2017, cette fois, par le Paris-Saint-Germain.

Face à elles, les Lyonnaises restent sur trois succès en autant d’éditions. Difficulté supplémentaire pour le Barça : le club blaugrana devra faire sans Kheira Hamraoui. L’ancienne milieu de terrain de l’OL manquera la finale à Budapest le 18 mai, après avoir reçu un carton rouge, dimanche.

Le chiffre du week-end : 49 (ou 51)

Geoffrey Doumayroucontre Perpignan, le 27 avril 2019.
Geoffrey Doumayroucontre Perpignan, le 27 avril 2019. RAYMOND ROIG / AFP

29-51 ou 29-49 ? Sur quel score s’est finalement incliné Perpignan samedi soir contre La Rochelle ? Selon la chaîne Canal+ et le compte Twitter du Top 14, le championnat de France de rugby, c’était 29-51. Comme le raconte L’Equipe, alors qu’elle était « dépassée par une fin de match dingue (cinq essais dans les onze dernières minutes), la réalisation de Canal+ avait cru voir Maxime Lafarge réussir la transformation de l’avant-dernier essai, qui était pourtant passée à gauche des poteaux ».

Finalement, le Top 14 a corrigé sa petite erreur et expliqué que « la transformation de l’avant-dernier essai tenté en drop n’est pas passée et le score n’est donc pas de 29-51 mais de 29-49 ».

Ça ne change pas grand-chose pour les deux équipes. Avec cette nouvelle défaite (la onzième sur douze à domicile), Perpignan est officiellement relégué en Pro D2. Quant aux Rochelais, ils profitent de la défaite de Bordeaux pour prendre provisoirement la sixième et dernière place qualificative pour les barrages, à trois journées de la fin de la saison régulière.

Les wikis du week-end

Facile

Auteur d’un coup franc au bout des arrêts de jeu, j’ai permis à mon équipe d’éviter un nouveau revers à domicile.

Difficile

Contre Nîmes, j’ai participé au petit festival des miens, en inscrivant le dernier but de mon équipe dans les arrêts de jeu.

Grégor Brandy





En Savoir Plus

Post Comment