en plein délitement de la vie politique, May promet de quitter le pouvoir

en plein délitement de la vie politique, May promet de quitter le pouvoir


Un arrangement a été conclu jeudi entre la première ministre et les ténors des tories qui la poussent vers la sortie. Boris Johnson a confirmé son intention d’être candidat.

Par Philippe Bernard Publié aujourd’hui à 01h18, mis à jour à 02h14

Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

Une pancarte dénonçant l’échec de Theresa May, abandonnée devant le Parlement britannique à Londres.
Une pancarte dénonçant l’échec de Theresa May, abandonnée devant le Parlement britannique à Londres. TOBY MELVILLE / REUTERS

Ce sera la dernière salve de Theresa May. Pour la quatrième fois, la première ministre britannique sollicitera des députés, début juin, un vote favorable à l’accord sur le Brexit qu’elle a signé en novembre 2018 avec les vingt-sept pays de l’Union européenne (UE). Il aura probablement lieu le 7 juin, au lendemain des cérémonies marquant l’anniversaire du débarquement allié en Normandie.

Puis, quelle que soit l’issue du scrutin – probablement négatif –, elle tirera sa révérence ou, plus précisément, elle fera connaître « un calendrier pour l’élection d’un nouveau leader du Parti conservateur », autrement dit un nouveau premier ministre. Au Royaume-Uni, le chef du parti qui commande une majorité aux Communes devient chef du gouvernement.

L’arrangement, qui conduit Theresa May à se sacrifier sur l’autel du Brexit, a été conclu jeudi 16 mai au cours d’une rencontre entre l’intéressée et les ténors de son parti. Ces derniers la poussent vers la sortie, sentant bien les dégâts que causent dans le pays le vide sidérant de l’action politique et les vaines tentatives de la première ministre pour gagner du temps.

Impuissance des élus

De nombreux postulants sont déjà dans les starting-blocks. Quelques minutes auparavant, Boris Johnson, qui avait conduit la campagne pro-Brexit au référendum de 2016, confirmait son intention d’être candidat à la succession de Theresa May. « Bien sûr, je vais y aller », a-t-il lancé alors qu’il était interrogé sur ses intentions, à Manchester au congrès de l’association des courtiers d’assurance.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’unité des Vingt-Sept face au Brexit ne cache pas les divisions européennes

Ce lancement, attendu depuis des mois, de la campagne interne aux tories pour remplacer une première ministre incapable de faire aboutir le Brexit intervient dans un climat non seulement de fin de règne, mais de délitement inquiétant du système politique britannique. Jamais l’impuissance des élus, en porte-à-faux par rapport à la décision des électeurs de sortir de l’UE, n’était apparue aussi clairement et dramatiquement.

Tout se passe comme si l’impasse du Brexit, manifestation du nationalisme anglais et facteur de division au sein des deux grands partis, paralysait durablement l’exécutif et nourrissait la montée de l’extrême droite.

Les élections européennes, « ce scrutin dont personne ne voulait » selon l’expression d’une candidate conservatrice, en ouvrant un boulevard au tribun europhobe Nigel Farage, ex-dirigeant du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP) et fondateur du nouveau Parti du Brexit, révèlent crûment le délitement de la situation.



En Savoir Plus

Post Comment