Gotabaya Rajapaksa revendique la victoire

Gotabaya Rajapaksa revendique la victoire



Publié le : Modifié le :

Gotabaya Rajapaksa, candidat du puissant clan Rajapaksa qui vise un retour au pouvoir au Sri Lanka, a revendiqué dimanche sa victoire à l’élection présidentielle. Son adversaire Sajith Premadasa a reconnu sa défaite.

Après cinq ans dans l’opposition, le puissant et redouté clan des Rajapaksa est revenu dimanche 17 novembre à la tête du Sri Lanka, avec l’élection de Gotabaya Rajapaksa, surnommé “Terminator”, à la présidence de l’île d’Asie du Sud.

Avant même la proclamation dimanche des résultats définitifs du vote de la veille, Gotabaya Rajapaksa, 70 ans, a revendiqué la victoire à l’élection présidentielle. “Nous avons eu entre 53 et 54%” des voix, a déclaré Keheliya Rambukwella, porte-parole de Gotabaya. Les premiers résultats officiels montraient effectivement l’ex-militaire, bourreau de la guérilla tamoule, s’acheminer vers la majorité des voix.

“C’est une victoire nette. Nous l’avions envisagée. Nous sommes très heureux que Gota soit notre prochain président”, a ajouté son porte-parole, indiquant que le candidat devrait prêter serment lundi ou mardi.

De son côté, le candidat du parti au pouvoir au Sri Lanka, Sajith Premadasa, a reconnu sa défaite. “Il est de mon privilège d’honorer la décision du peuple et de féliciter M. Gotabaya Rajapaksa pour son élection comme septième président du Sri Lanka”, a déclaré Sajith Premadasa, fils d’un président mort assassiné en 1993 par la rébellion séparatiste tamoule.

Le retour des Rajapaksa

Sept mois après les attentats jihadistes de Pâques qui ont meurtri le pays, le Sri Lanka renoue donc avec cette famille qui l’a gouverné d’une main de fer de 2005 à 2015 sous la présidence de Mahinda Rajapaksa, grand frère charismatique et controversé de Gotabaya, et avait réussi à mettre fin à la guerre civile au prix d’un gigantesque bain de sang.

Gotabaya Rajapaksa a mené une campagne nationaliste et axée sur la sécurité à la suite des attentats jihadistes qui ont fait 269 morts le 21 avril. Des kamikazes s’étaient fait exploser dans des hôtels de luxe et des églises chrétiennes en pleine messe.

L’élection présidentielle de samedi a été l’un des votes des plus pacifiques au Sri Lanka, historiquement habitué aux scrutins meurtriers. Toutefois, des hommes armés ont ouvert le feu sur un convoi de bus d’élections musulmans, une attaque qui n’a pas fait de victimes, a indiqué la police.

Avec AFP



En Savoir Plus

Post Comment