La dangereuse course aux pesticides du Brésil

La dangereuse course aux pesticides du Brésil


Le gouvernement Bolsonaro a homologué 239 pesticides depuis son entrée en fonction en janvier. En Suède, une chaîne de magasins qui a décidé de boycotter les produits agricoles brésiliens a suscité un vague de soutien sur les réseaux sociaux.

Par Publié aujourd’hui à 18h27

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Cultures agricoles à Formosa do Rio Preto, à l’ouest de l’Etat de Bahia, au Brésil.
Cultures agricoles à Formosa do Rio Preto, à l’ouest de l’Etat de Bahia, au Brésil. NELSON ALMEIDA / AFP

Johannes Cullberg a d’abord pensé à ses enfants, puis à ceux des Brésiliens et, enfin, au monde entier avant d’agir. Il a fallu moins d’une semaine pour que le patron des supermarchés suédois Paradiset lance, début juin, sa campagne appelant au boycott des produits agricoles brésiliens, choqué d’apprendre que le gouvernement de Jair Bolsonaro avait homologué, depuis la prise de fonction du président en janvier, près de 250 nouveaux pesticides, dont 42 produits homologués dans la seule journée du lundi 24 juin.

« J’étais frustré et en colère. Des gens meurent, deviennent infertiles, les enfants viennent au monde avec des malformations du fait des pesticides, il faut des mesures radicales ! », explique-t-il.

L’initiative de Johannes Cullberg, directeur de quatre magasins haut de gamme à Stockholm, pourrait sembler dérisoire si sa démarche n’avait suscité une vague de soutien sur les réseaux sociaux via le mot-clé #boycottbrazilianfood. Invité sur les plateaux de télévision dans son pays, M. Cullberg entend maintenant convaincre ses homologues et entamer des démarches pour alerter l’Union européenne. « Nous n’avons plus de temps », dit-il.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Europe, l’élevage industriel « accro » au soja d’Amérique latine

A Brasilia, c’est la stupeur. Outrée, Tereza Cristina, la ministre de l’agriculture, parle d’une « campagne de diffamation ». « Si nos produits alimentaires étaient imprégnés de pesticides préjudiciables à la santé, ils n’auraient pas été autorisés par le gouvernement suédois et le Brésil n’exporterait pas avec autant de succès ses produits dans 160 pays », explique-t-elle, omettant de mentionner qu’une cargaison de soja a été bloquée aux frontières russes en février pour avoir dépassé les limites autorisées de résidus de glyphosate, l’herbicide le plus utilisé au Brésil.

« Le gouvernement a été élu avec l’appui inconditionnel de l’agrobusiness. »

Malgré ses efforts, la ministre peine à convaincre. Dans son propre pays, la femme est surnommée la « musa do veneno », la muse des pesticides, pour avoir porté un projet de loi, le « pacote do veneno » (« paquet pesticides » ou « paquet empoisonné «) visant à autoriser plus rapidement et plus largement les pesticides. Le texte est toujours au Congrès, bloqué par les défenseurs de l’environnement. Mais, à en croire les experts, l’arrivée au pouvoir d’une extrême droite brésilienne tentée de croire que le réchauffement climatique est un « complot marxiste » a permis d’outrepasser la loi. En témoigne l’autorisation de 239 pesticides depuis janvier. Du jamais vu.



En Savoir Plus

Post Comment