La journaliste américaine Elizabeth Jean Carroll accuse Donald Trump de l’avoir agressée sexuellement

La journaliste américaine Elizabeth Jean Carroll accuse Donald Trump de l’avoir agressée sexuellement



Avant Elizabeth Jean Carroll, une quinzaine de femmes ont déjà pris publiquement la parole pour dénoncer des agressions sexuelles de Donald Trump.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 20h50 – Mis à jour le 22 juin 2019 à 00h34

Temps de Lecture 2 min.

Elles sont désormais une quinzaine de femmes à accuser Donald Trump d’agression sexuelle. La dernière en date est la célèbre journaliste Elizabeth Jean Carroll, 75 ans, qui s’est confiée au New York Magazine dans un long article publié vendredi 21 juin. Elle accuse l’actuel président américain de l’avoir attaquée voilà vingt-quatre ans, alors qu’elle se trouvait dans une boutique de prêt-à-porter de New York.

Dans son récit, la journaliste, qui écrit depuis près de trente ans des chroniques pour le magazine Elle, affirme que la scène s’est produite à la fin de l’année 1995 ou début 1996. Elle se trouve alors chez Bergdof Goodman, un magasin situé en plein cœur de Manhattan, Donald Trump pénètre dans la boutique et affirme vouloir acheter un présent pour une femme. Il reconnaît alors Elizabeth Jean Carroll, qu’il décrit comme « la femme qui donne des conseils » et lui demande de l’aide.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Midterms : « Les femmes ont exprimé leur ras-le-bol de l’esprit haineux de Donald Trump »

Elizabeth Jean Carroll, qui affirme avoir aussi reconnu Donald Trump comme « un magnat de l’immobilier », accepte. Alors que tous deux sont dans le rayon lingerie, Donald Trump voit une combinaison en dentelle et demande à la journaliste de l’essayer. Opposée à l’idée d’abord, elle finit par céder à la demande du millionnaire. Mais lorsqu’elle rejoint les cabines d’essayage, Donald Trump devient alors violent, la poussant contre un mur en baissant violemment ses collants. « Il m’a pénétrée de force avec ses doigts, puis avec son pénis à moitié – ou complètement je ne suis pas certaine », dit la journaliste.

Elizabeth Jean Carroll affirme alors en avoir parlé à deux amis proches. L’un d’entre eux lui a conseillé d’aller porter plainte, tandis que l’autre lui a conseillé d’oublier l’affaire, affirmant que les avocats de Donald Trump allaient « l’enterrer ».

Donald Trump dément, l’accusant de vouloir « vendre son livre »

« Je n’ai jamais rencontré cette personne de ma vie », a réagi le président américain dans une déclaration écrite. L’une des photos illustrant l’article du magazine New York le montre pourtant en train de plaisanter avec E. Jean Carroll et son mari.

« Elle essaye de vendre un nouveau livre. Cela devrait vous faire comprendre quelles sont ses motivations », a ajouté Donald Trump. « Cela devrait être vendu au rayon fiction. » Le président s’en est aussi pris au magazine New York, un titre « qui se meurt » et essaye « de se relever en publiant des fausses informations [fake news] ».

Un porte-parole de la Maison Blanche a qualifié ces accusations de « mensonges et d’affabulations qui refont surface vingt-cinq ans après pour nuire à l’image du président ». A cette attaque sur le délai pris pour raconter son histoire, Elizabeth Jean Carroll a répondu dans les colonnes du magazine américain :

« Recevoir des menaces de mort, être pourchassée jusqu’à mon domicile, être rejetée, être traînée dans la boue, rejoindre les quinze femmes qui ont raconté leur histoire sur comment cet homme les a attrapées, harcelées, réduites à néant, malmenées, blessées et attaquées, juste pour voir que l’homme en question esquive, nie, menace et les attaque à nouveau ne m’a jamais semblé très amusant. Et puis, je suis une lâche. »

Avant Elizabeth Jean Carroll, une quinzaine de femmes ont déjà pris publiquement la parole pour dénoncer les actes de Donald Trump à leur égard. Parmi elles, on trouve notamment une ancienne collaboratrice, plusieurs anciennes mannequins, dont Kristin Anderson, ou encore Jessica Leeds, ancienne femme d’affaires qui avait raconté au New York Times comme le magnat de l’immobilier était « comme une pieuvre, (…) ses mains étaient partout ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Affaire Weinstein, diplomatie américaine : Ronan Farrow, un enquêteur pressé
Réagissez ou consultez l’ensemble des contributions



En Savoir Plus

Post Comment