« La zone euro ne pourra plus faire encore longtemps l’économie de la solidarité entre les peuples »

« La zone euro ne pourra plus faire encore longtemps l’économie de la solidarité entre les peuples »



Dans une tribune au « Monde », Michael Vincent, économiste et candidat sur la liste PS-Place publique, juge que l’Europe ne pourra affronter les prochaines crises financière, climatique et sociale que si elle choisit la voie d’une plus grande solidarité, y compris budgétaire, entre les Etats membres.

Publié aujourd’hui à 14h30 Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Tribune. Les dirigeants européens de la génération précédente ont construit le marché et la monnaie unique sans gouvernance démocratique et sans union politique. Mais qu’il s’agisse d’améliorer le quotidien des Européennes et des Européens ou d’affronter les crises financières, la zone euro ne pourra plus faire encore longtemps l’économie de la solidarité entre les peuples.

Depuis 2008 et la gestion de la crise financière – on se souvient des coûteux plans de renflouement et des interventions des banques centrales inondant les marchés de liquidités –, l’Europe a franchi une étape cruciale avec l’Union bancaire, qui européanise la surveillance bancaire et le mécanisme de gestion ordonnée des faillites censé protéger le contribuable. Celle-ci reste pourtant aujourd’hui très incomplète : l’assurance européenne des dépôts, qui couvre l’épargne jusqu’à 100 000 euros et dont les contours ont été validés dès 2014, avance peu et a été renvoyée à 2024. C’est que, systématiquement, les mécanismes de solidarité et de mise en commun se trouvent bloqués…

« Parce que les dix-neuf économies de la zone divergent, un véritable budget commun est nécessaire »

L’histoire est la même avec le budget de la zone euro. Parce que les dix-neuf économies de la zone divergent, un véritable budget commun est nécessaire. Si, après de nombreux errements, le Conseil européen – qui réunit les chefs d’Etats de l’Union européenne (UE) – en a validé le principe, il peut encore se passer de nombreuses années avant d’aboutir à la moindre décision concrète. Surtout, donnons-nous les moyens de nos ambitions et évitons un budget « dans le bas de la fourchette des nombres de milliards à deux chiffres », selon la formule hélas défendue par Angela Merkel et Emmanuel Macron depuis la déclaration de Meseberg, en juin 2018. L’Europe ne saurait se contenter d’un geste symbolique. Ce budget doit être un outil de mise en commun non seulement au service de la stabilité macroéconomique, mais aussi, et surtout, au service de l’investissement, de l’emploi, de la protection sociale et de la transition énergétique. Les biens communs doivent être gérés en commun !

Inertie coupable

Comme sur beaucoup d’autres sujets, le Parlement de Strasbourg avance, tandis que les gouvernements repoussent les décisions. Voilà la réalité de l’inertie coupable de l’UE, dominée par l’Europe des nations. Elle pose donc la question de la gouvernance intergouvernementale privilégiée par des Etats qui ne se font plus confiance, alors que les Européens appellent à plus de démocratie participative et de transparence. La technicité du débat ne doit pas empêcher la délibération démocratique.



En Savoir Plus

Post Comment