L’Allemagne échappe de justesse à la récession

L’Allemagne échappe de justesse à la récession


La première économie européenne a très faiblement progressé entre juillet et septembre (+ 0,1 %), après une contraction du PIB au deuxième trimestre. Mais l’industrie reste dans le rouge.

Par Publié aujourd’hui à 11h05, mis à jour à 11h31

Temps de Lecture 4 min.

Infographie Le Monde

Le suspense aura duré jusqu’au bout, mais le verdict est enfin connu. Au troisième trimestre, l’économie allemande a fait quasiment du sur-place. Le produit intérieur brut (PIB) de la locomotive économique européenne a très légèrement progressé de 0,1 % entre juillet et septembre, selon les données publiées jeudi 14 novembre par l’office fédéral de la statistique (Destatis). En d’autres circonstances, ce résultat peu reluisant aurait été jugé bien décevant. Mais étant donné que de nombreux experts craignaient un recul de l’activité économique, il apporte un soulagement. Après une baisse de 0,2 % de son PIB entre mars et juin (chiffre corrigé après une première estimation à – 0,1 %), l’Allemagne courait le risque d’entrer en récession technique, définie par les économistes comme deux trimestres consécutifs de contraction de l’activité.

Récession ou pas, la distinction était, pour les experts, avant tout d’ordre sémantique. « Dans les faits, avec 0,1 % de plus ou de moins, la dynamique économique dans sa globalité ne change pas beaucoup », analyse Stefan Kooths, directeur du centre de prévisions conjoncturelles de l’Institut pour l’économie mondiale (IfW) de Kiel. « La discussion autour d’une récession technique est d’un intérêt limité, souligne l’économiste. Ce qui est clair, c’est que l’activité industrielle est bel et bien en récession. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pourquoi l’économie de l’Allemagne cale

En effet, dans le secteur manufacturier, épine dorsale du modèle économique allemand, les mauvaises nouvelles s’accumulent depuis déjà un an. La dernière déception remonte à la semaine dernière. Jeudi 7 novembre, Destatis annonçait que la production industrielle allemande avait reculé de 0,6 % en septembre, après un léger répit en août. La première économie européenne faisait beaucoup moins bien que la zone euro, où la production industrielle augmentait de 0,1 % en septembre, selon Eurostat. Et par rapport à septembre 2018, l’activité manufacturière outre-Rhin accuse une chute de 4,3 %.

Mois après mois, les chiffres de la machine exportatrice allemande sont en dent de scie

Fortement orientée vers l’exportation, l’industrie allemande est plus exposée que celle de ses partenaires européens aux vicissitudes du conflit douanier entre les Etats-Unis et la Chine, ainsi qu’aux incertitudes liées à un Brexit qui s’éternise. Mois après mois, les chiffres de la machine exportatrice allemande sont en dent de scie. Ils étaient meilleurs que prévu en septembre, avec un bond de 1,5 % par rapport au mois précédent, mais cette belle surprise faisait suite à une baisse de 0,9 % en août.



En Savoir Plus

Post Comment