Le Mexique ratifie le nouveau traité de libre-échange avec les Etats-Unis et le Canada

Le Mexique ratifie le nouveau traité de libre-échange avec les Etats-Unis et le Canada


L’ancien traité de libre-échange, l’Alena, était l’une des bêtes noires du président Donald Trump, qui l’accusait d’avoir causé la perte de millions d’emplois américains.

Publié hier à 22h59, mis à jour à 00h00

Temps de Lecture 2 min.

Les Etats-Unis, le Mexique et le Canada avait signé ce nouvel accord de libre-échange en novembre 2018.
Les Etats-Unis, le Mexique et le Canada avait signé ce nouvel accord de libre-échange en novembre 2018. Martin Mejia / AP

Le Mexique a ratifié mercredi 19 juin le nouvel accord de libre-échange nord-américain (AEUMC) avec le Canada et les Etats-Unis. Il devient ainsi le premier pays à donner son feu vert à ce traité, malgré les récentes tensions avec Washington.

Le texte a été approuvé par le Sénat par 114 voix contre quatre, et trois abstentions. « Le Mexique envoie un clair message en faveur d’une économie ouverte et d’une intégration économique approfondie dans la région », s’est félicité le ministère de l’économie.

« Le AEUMC offre de la sécurité aux investisseurs, aux consommateurs et aux producteurs pour continuer à miser sur une économie mexicaine intégrée à une Amérique du Nord économiquement vigoureuse. »

Ce nouvel accord, destiné à remplacer l’ancien traité de libre-échange Alena, avait été conclu entre les trois pays, le 30 septembre, à l’issue d’âpres négociations, puis signé le 30 novembre. L’Alena était l’une des bêtes noires du président des Etats-Unis Donald Trump, qui l’accusait d’avoir causé la perte de millions d’emplois américains. Il était en vigueur depuis 1994. Pour forcer la main à ses partenaires, la Maison Blanche avait imposé, le 1er juin 2018, des droits de douane supplémentaires sur l’acier et l’aluminium.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Donald Trump : un an de croisade commerciale, mais peu de résultats visibles

Treize mois de discussions

Au terme d’un marathon de discussions de treize mois, les trois pays étaient finalement parvenus à un compromis sur nombre de questions délicates pour former le nouvel accord. Ce dernier offre notamment aux Etats-Unis un accès à environ 3,5 % du marché laitier canadien, évalué à 16 milliards de dollars, tout en protégeant le Canada d’éventuels tarifs douaniers automobiles. Le nouveau texte prévoit cependant des règles incitant le secteur automobile à se fournir en matériaux et composants aux Etats-Unis et en Amérique Nord.

L’exception culturelle canadienne, qui voit Ottawa subventionner le secteur culturel, est maintenue malgré les protestations des Etats-Unis. Des protections « sans précédent » en matière de propriété intellectuelle sont également établies.

Mais le nouvel accord est loin de faire l’unanimité. Aux Etats-Unis, il a reçu un accueil mitigé. Le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, a souligné récemment qu’il subsistait encore « beaucoup » d’obstacles avant que les démocrates soutiennent l’AEUMC.

Lire aussi « Malgré son impopularité, Trump conserve une base solide »

Tensions entre le Mexique et les Etats-Unis

Sa ratification par le Mexique, elle, faisait peu de doute, l’Alena ayant contribué à faire du pays une puissance exportatrice au cours des 25 dernières années. Elle intervient toutefois dans un contexte tendu entre Mexico et Washington sur la question de l’immigration.

Donald Trump, qui a fait de ce sujet le fer de lance de sa présidence, avait mis son voisin sous pression fin mai en menaçant d’imposer des taxes douanières sur tous les produits mexicains importés aux Etats-Unis.

Le 7 juin, à l’issue de négociations ardues, les deux pays sont finalement parvenus à un accord. Le Mexique s’est notamment engagé à renforcer les contrôles à sa frontière avec le Guatemala, dans le sud du pays, et à accélérer le retour des migrants d’Amérique centrale vers leur pays, dans l’attente que soient traitées leurs demandes d’asile aux Etats-Unis.

L’accord pourrait être revu dans un délai de 45 jours si le flot de migrants traversant le Mexique vers la frontière américaine n’est pas freiné.

Réagissez ou consultez l’ensemble des contributions



En Savoir Plus

Post Comment