le ministre de la justice William Barr fragilisé à la veille d’auditions délicates au Congrès

le ministre de la justice William Barr fragilisé à la veille d’auditions délicates au Congrès


Le procureur spécial Robert Mueller a contesté fin mars, dans une lettre, les conclusions de l’enquête « russe » favorables au président Trump que M. Barr a présentées au Congrès et aux médias.

Par Gilles Paris Publié aujourd’hui à 03h43

Temps de Lecture 2 min.

Le ministre de la justice américain William Barr, le 18 avril, à Washington.
Le ministre de la justice américain William Barr, le 18 avril, à Washington. Jonathan Ernst / REUTERS

La réputation de William Barr avait pâti du traitement qu’il avait réservé, en mars, au rapport sur les interférences russes pendant la présidentielle de 2016. Le ministre de la justice avait donné l’impression d’avoir tiré les conclusions du procureur spécial Robert Mueller dans le sens le plus favorable au président Donald Trump. Cette impression a été confirmée par la révélation par le Washington Post, mardi 30 avril, d’une lettre adressée à la fin du mois de mars par le procureur à son supérieur hiérarchique.

Dans cette missive, l’ancien patron du FBI réagissait à la publication, le 24 mars, d’une note de quatre pages dans laquelle William Barr avait écarté les deux soupçons qui pesaient sur Donald Trump : celui d’une collusion de son équipe de campagne avec la Russie, pour laquelle les enquêteurs n’avaient trouvé aucune preuve, et celui d’une obstruction à la justice. Robert Mueller a considéré que cette note n’a pas reflété « le contexte, la nature et la substance » de ses investigations.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Etats-Unis : William Barr, ministre très politique de la justice

« Il y a maintenant une confusion du public à propos d’aspects critiques des résultats de notre investigation. Cela menace l’un des objectifs centraux pour lesquels le ministère a nommé un procureur spécial : assurer la pleine confiance du public dans les résultats de l’enquête », a ajouté le procureur spécial. Les faits ont donné raison à Robert Mueller. La publication de la quasi-totalité de son rapport, le 18 avril, a attesté que ce dernier était bien moins favorable au président que ne l’avait laissé entendre le ministre de la justice. Il a notamment montré que Donald Trump a cherché à limoger Robert Mueller et qu’il a exercé des pressions multiples sur son enquête.

« Je ferai ce que je pense être juste »

Interrogé au Congrès le 10 avril sur le fait de savoir si Robert Mueller avait partagé ses propres conclusions, William Barr avait répondu ne pas savoir. La lettre du procureur spécial prouve le contraire. Le ministère de la justice a d’ailleurs confirmé mardi une information du New York Times selon laquelle les deux hommes avaient rapidement exposé leurs divergences il y a un mois au cours d’un échange téléphonique. Nul doute que les élus démocrates devraient rafraîchir les souvenirs de William Barr à l’occasion des deux auditions prévues cette semaine, mercredi au Sénat et jeudi à la Chambre des représentants, même si cette dernière date n’était pas définitivement arrêtée mardi soir.

Lors de son audition au Sénat, au début de l’année, William Barr, nommé au poste de ministre de la justice par Donald Trump, s’était dépeint en homme de devoir. « Je suis arrivé à un point de la vie où je peux avoir l’autorité nécessaire pour protéger l’indépendance et la réputation [du ministère], avait assuré le presque septuagénaire. Personne ne m’obligera à faire quoi que ce soit que je jugerai inapproprié, ni les éditorialistes, ni le Congrès, ni le président. Je ferai ce que je pense être juste. » Il avait également multiplié les éloges à propos de Robert Mueller, présenté comme « un ami ». Une image flatteuse soumise à rude épreuve en l’espace de seulement quatre mois.

Gilles Paris (Washington, correspondant)



En Savoir Plus

Post Comment