Le sommet censé désigner les postes-clés de l’UE tourne au jeu de massacre

Le sommet censé désigner les postes-clés de l’UE tourne au jeu de massacre


Les favoris pour la présidence de la Commission ont été écartés, faute d’une majorité entre les dirigeants de l’UE. Ces derniers ont jusqu’au 30 juin pour proposer de nouveaux candidats.

Par , et Publié aujourd’hui à 05h17, mis à jour à 08h05

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Le président français Emmanuel Macron, à Bruxelles, le 20 juin.
Le président français Emmanuel Macron, à Bruxelles, le 20 juin. JEAN-CLAUDE COUTAUSSE POUR “LE MONDE”

A Bruxelles, les décisions, surtout quand elles sont difficiles à prendre, obéissent souvent à une valse à trois temps : il faut trois sommets, pas moins, pour qu’elles finissent par advenir. Manifestement, la désignation des plus hauts postes de l’Union européenne (UE) – la présidence de la Commission, celle du Conseil, du Parlement, de la diplomatie commune et même de la Banque centrale européenne (BCE) – obéit à cette règle empirique.

Le 28 mai, deux jours après le résultat des élections européennes, Angela Merkel, Emmanuel Macron et les dirigeants socialistes avaient campé sur leurs positions : la première et les troisièmes défendaient leur tête de file désignée (spitzenkandidaten) – l’Allemand Manfred Weber pour la chancelière, le Néerlandais Frans Timmermans pour la gauche. Le président français, lui, n’avançait pas de noms, mais il laissait entendre que la Danoise Margrethe Vestager et le négociateur en chef des Vingt-Sept pour le Brexit, Michel Barnier, feraient de bons candidats.

Consacré de nouveau aux « top jobs » européens, le dîner bruxellois du jeudi 20 juin a permis d’éliminer des noms. « Nous avons constaté qu’il n’y a pas de majorité pour aucun des candidats têtes de listes ni au Conseil, ni au Parlement [où ils doivent recueillir des majorités] », a ainsi déclaré le Polonais Donald Tusk, actuel président du Conseil, dont le mandat arrive à terme à la fin du mois de novembre. Même déclaration pour Angela Merkel, qui, implicitement, a lâché la tête de liste de la droite européenne, son compatriote Manfred Weber.

Allant plus loin, Emmanuel Macron a affirmé à l’issue du dîner entre les vingt-huit chefs d’Etat et de gouvernement – la première ministre britannique Theresa May était présente mais faisait de la figuration – que « Les trois noms des spitzenkandidaten sont écartés pour la présidence de la Commission. Il est clair qu’il n’y a pas de majorité autour de la table du Conseil, de la même manière que, ce matin, il est apparu clairement qu’il n’y a pas de majorité pour M. Weber [au Parlement européen]. »



En Savoir Plus

Post Comment