les Bleues sans Marie-Antoinette Katoto

les Bleues sans Marie-Antoinette Katoto


Marie Antoinette Katoto lors d’un match entre le Paris Saint-Germain et Chelsea, le 27 mars 2019.
Marie Antoinette Katoto lors d’un match entre le Paris Saint-Germain et Chelsea, le 27 mars 2019. FRANCK FIFE / AFP

Jeudi soir, le cadre était presque plus important que l’annonce elle-même. Corinne Diacre a bien divulgué la liste des 23 joueuses qui disputeront la prochaine Coupe du monde (du 7 juin au 7 juillet). Mais au-delà des quelques incertitudes sportives qu’elles devaient lever, c’est la présence de la sélectionneuse à l’émission « Le 20h Le Mag », juste après le journal télévisé de TF1, qui est d’abord remarquable.

Lire aussi Avant la liste de Corinne Diacre, l’équipe de France de football réalise un festival offensif

Cette mise en scène, devenue une tradition chez ses homologues de l’équipe masculine, était jusqu’alors inédite pour les Bleues. Jamais l’équipe de France féminine n’avait eu le droit à une telle exposition médiatique. D’habitude, le présentateur vedette, Gilles Bouleau, reçoit Didier Deschamps. Signe que les temps changent…

Il est loin le temps de l’anonymat pour les footballeuses tricolores. L’organisation à domicile du Mondial a toutes les chances de donner un coup d’accélérateur au développement de la pratique féminine en France, dont on ne mesure encore probablement pas l’ampleur. La Fédération française de football (FFF) devrait logiquement pouvoir puiser bientôt dans un réservoir bien plus large que ses 165 000 licenciées actuelles dont moins de 300 évoluent parmi l’élite.

Corinne Diacre et Gilles Bouleau.
Corinne Diacre et Gilles Bouleau. ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

En attendant, Corinne Diacre n’est pas malheureuse : elle peut s’appuyer sur de nombreuses joueuses talentueuses. Au début d’avril, à l’issue d’une belle victoire contre le Danemark (4-0) et à l’évocation des futurs choix de sa liste, elle s’était félicitée de la richesse de son effectif : « L’idée, c’est qu’on puisse avoir 14, 15 joueuses capables de démarrer. Donc le casse-tête est plutôt positif, c’est un problème de riche que j’ai aujourd’hui. »

Le plus gros point d’interrogation sportif résidait dans la présence ou non parmi les heureuses élues de la jeune buteuse parisienne (la meilleure de D1), Marie-Antoinette Katoto. A 20 ans, celle qui a été désignée meilleure espoir de Division 1 féminine, le 15 avril, avait raison d’être inquiète malgré son immense talent précoce. « On est beaucoup à avoir peur, le 2 [mai] on regardera. On verra bien », déclarait-elle il y a quinze jours.

Une question de comportement

Sur le radar de son exigeante coach, Katoto n’avait déjà pas été appelée lors du dernier rassemblement des Bleues. En cause, un comportement qui déplaît parfois à la patronne de l’équipe de France. A la mi-janvier, Corinne Diacre n’avait pas hésité à critiquer publiquement son manque d’implication à l’entraînement : « Il va falloir qu’elle réfléchisse bien à ce qu’elle veut, il y a des choses qui sont incompréhensibles. »

Lire aussi A 100 jours du coup d’envoi, où en est l’organisation de la Coupe du monde de foot féminin en France ?

Son récent quadruplé, réalisé le 24 avril contre Bordeaux en championnat, n’a pas suffi à infléchir la position de la sélectionneuse. Pas plus que cette déclaration à l’Agence France-Presse du président de la FFF. « Katoto est inconstante, mais c’est quand même quelqu’un qui a du talent », avait déclaré Noël Le Graët.

Au Monde, l’ancienne internationale aux 183 sélections, Camille Abily, pariait, elle, sur la présence de la jeune attaquante malgré ses défauts de jeunesse : « Je pense sincèrement qu’elle ira à la Coupe du monde. C’est vraiment un talent pur. On attend beaucoup d’elle, on en fait beaucoup. Il est important de ne pas lui mettre trop de pression. »

Interrogée par Gilles Bouleau sur cet unique choix, Corinne Diacre a été franche et directe comme à son habitude. « C’est un choix difficile mais c’est un choix que j’ai fait et que j’assume. Marie-Antoinette a un énorme potentiel mais elle est jeune, elle a du temps devant elle et les Bleues vont encore vivre d’autres grandes expériences à l’avenir, a-t-elle confié, Elle a manqué de quelque chose. D’autres se sont montrées un petit peu plus. J’ai conscience qu’il s’agit d’une décision forte car elle était très attendue. Je privilégie le groupe… »

Lire aussi Mondial 2019 de football : Amandine Henry met en avant « le talent et l’expérience » des Bleues

Désormais, les Bleues vont entamer leur dernier mois de préparation. Elles disputeront encore deux matchs amicaux, face à la Thaïlande (25 mai) et à la Chine (31 mai). Les choses sérieuses débuteront le 7 juin : au Parc des Princes, les Françaises ouvriront leur Coupe du monde contre l’équipe de Corée du Sud. Sans Marie-Antoinette Katoto mais avec 23 joueuses qui ne manquent pas d’ambitions.

La liste des 23

Gardiennes : Sarah Bouhaddi, Solène Durand, Pauline Peyraud-Magnin

Défenseuses : Julie Debever, Sakina Karchaoui, Amel Majri, Griedge Mbock, Eve Périsset, Wendie Renard, Marion Torrent, Aïssatou Tounkara

Millieux de terrain : Charlotte Bilbaut, Elise Bussaglia, Maéva Clemaron, Grace Geyoro, Amandine Henry, Gaëtane Thiney

Attaquantes : Viviane Asseyi, Delphine Cascarino, Kadidiatou Diani, Valérie Gauvin, Emelyne Laurent, Eugénie Le Sommer

Anthony Hernandez



En Savoir Plus

Post Comment