L’opposant Moïse Katumbi de retour en RD Congo, après trois ans d’exil

L’opposant Moïse Katumbi de retour en RD Congo, après trois ans d’exil



Première publication :

L’opposant congolais Moïse Katumbi est rentré, lundi, en République démocratique du Congo, trois ans jour pour jour après son départ en pleine tourmente judiciaire. Son retour est perçu comme un signe de détente politique.

L’opposant Moïse Katumbi est rentré, lundi 20 mai, en jet privé, dans son fief de Lubumbashi, dans le sud-est de la République démocratique du Congo, trois ans jour pour jour après son exil pour la Belgique.

“Je me sens très bien”, a-t-il déclaré au micro de RFI, avant de remercier Dieu, d’abord, puis les nouvelles autorités du pays, pour lui avoir permis de rentrer en lui délivrant son passeport, notamment. “La vérité est comme l’huile que l’on veut noyer. Elle finit toujours par triompher”, a-t-il ensuite affirmé.

Moïse Katumbi avait tenté en vain de revenir en août dernier pour déposer sa candidature à l’élection présidentielle. Le scrutin a été remporté par un autre opposant, Félix Tshisekedi, investi le 24 janvier.

Son retour intervient après l’annulation de sa condamnation à trois ans de prison dans une affaire de spoliation immobilière qu’il a toujours contestée. Allié puis adversaire de l’ex-président Kabila, qui l’a qualifié de “Judas”, Moïse Katumbi a déclaré qu’il se situait toujours dans l’opposition au nouveau chef d’État Tshisekedi.

Le président du célèbre club de football TP Mazembe devra préciser la place qu’il entend occuper au sein de cette opposition où le candidat qu’il a soutenu, Martin Fayulu, revendique la victoire à la présidentielle du 30 décembre 2018 et la “vérité des urnes” de meeting en meeting. “Quelle que soit la longueur de la nuit, le jour finit toujours par se lever. Bon retour au pays à Moïse Katumbi”, a twitté Martin Fayulu, qui ne figurait pas parmi les nombreux élus locaux présents à Lubumbashi pour le retour de “Moïse”.

Une visite de Jean-Yves Le Drian

À Kinshasa, Félix Tshisekedi se préparait également à une journée bien remplie. En fin de matinée, il a reçu le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Il s’agit de la première visite d’un responsable de l’Union européenne de ce niveau depuis la présidentielle.

Le chef de la diplomatie française a salué l’alternance incarnée par le nouveau président, en annonçant un programme de 300 millions d’euros pour soutenir son quinquennat. “Le président (Emmanuel) Macron m’a demande de saluer toutes les initiatives prises par le président Tshisekedi dans le domaine de l’État de droit”, a déclaré à la presse Jean-Yves Le Drian, après une rencontre avec le président Tshisekedi.

Quel Premier ministre ?

Dans un curieux chassé-croisé de diplomatie et de politique intérieure, la présidence de la République pourrait annoncer dans la foulée le nom du Premier ministre que la RD Congo attend depuis près de quatre mois. L’actuel Premier ministre Bruno Tshibala “a déposé sa démission”, selon la radio Top Congo, qui parle de “l’annonce imminente du nom de son successeur”.

Le prochain chef du gouvernement doit pouvoir travailler avec le chef de l’État mais aussi son prédécesseur, Joseph Kabila, proclamé président de la République honoraire par ses proches. Félix Thsisekedi est en effet lié par une alliance de coalition avec l’ex-président, dont la famille politique a gardé la haute main sur toutes les autres institutions (Parlement, assemblées provinciales, postes de gouverneur, sans parler de l’appareil sécuritaire).

Tshisekedi et Kabila se sont rencontrés à plusieurs reprises depuis l’investiture du 24 janvier, qui a marqué la première transmission du pouvoir sans effusion de sang dans l’histoire du Congo.

Avec AFP





En Savoir Plus

Post Comment