Paris l’emporte contre Brest, sans briller

Paris l’emporte contre Brest, sans briller



Une semaine après sa défaite surprise face à Dijon, Paris s’est relancé à Brest (1-2) en championnat, malgré l’absence de plusieurs cadres.

Publié aujourd’hui à 20h29, mis à jour à 20h31

Temps de Lecture 1 min.

En l’emportant sur la pelouse de Brest (1-2), samedi 9 novembre lors de la 13e journée de Ligue 1, Paris a conforté, dans la souffrance, sa première place avant la trêve internationale. Sans Mbappé et toujours privé de Neymar, tous deux blessés, Cavani était le seul représentant de leur trio offensif – la MCN – aligné sur le terrain. L’attaquant uruguayen, peu en vue, n’en aura profité ni pour marquer des points, ni pour marquer des buts.

Brest, neuvième au classement, a crânement tenté sa chance face à l’ogre parisien et a fini la rencontre avec 17 tirs, dont 4 seulement cadrés dans le but parisien gardé par Sergio Rico. Gardien remplaçant du PSG, l’Espagnol a été titularisé pour la première fois à la place de Kaylar Navas, blessé aux adducteurs durant l’échauffement. A l’image de son club, le portier est capable de jouer à se faire peur, au point de manquer une relance qui a failli coûter cher aux siens.

« J’aime cette victoire »

Malmenés, les Parisiens ont pu compter sur leurs deux joueurs en forme : Di Maria et Icardi. A la limite du hors-jeu, Di Maria a ouvert le score à la 39e minute, d’un lob du gauche. Avant que les Brestois, après avoir beaucoup tenté, recollent au score grâce à un but de Grandsir (72e). Comme souvent, Icardi n’a pas laissé passer sa chance et a étouffé les espoirs des locaux d’un but plein d’opportunisme, cinq minutes après avoir remplacé Cavani. « El Matador » a du souci à se faire : l’Argentin Icardi, surnommé « El Aguila », continue d’enchaîner les bonnes performances et pousse de plus en plus Cavani vers le banc.

Thomas Tuchel était, lui, satisfait à l’issue du match : « J’aime cette victoire, car c’était difficile, un peu comme un match de Coupe, on a changé beaucoup de joueurs, certains manquaient de confiance mais c’était nécessaire pour être frais, a expliqué l’entraîneur du PSG. Je suis très heureux : ça fait cinq victoires en six matches. »

Lire aussi Ligue 1 : derrière le PSG, un championnat très serré



En Savoir Plus

Post Comment