sixième trophée pour Lionel Messi, Megan Rapinoe sacrée chez les femmes

sixième trophée pour Lionel Messi, Megan Rapinoe sacrée chez les femmes


Lionel Messi, auteur du but victorieux face à l’Atlético Madrid, le 1er décembre.
Lionel Messi, auteur du but victorieux face à l’Atlético Madrid, le 1er décembre. SUSANA VERA / REUTERS

Une surprise qui n’en est pas vraiment une. L’Argentin Lionel Messi a remporté son sixième Ballon d’or, lundi 2 décembre à Paris. Un record absolu qui lui permet de devancer son éternel rival, le Portugais Cristiano Ronaldo, avec lequel il se partage le trophée depuis 2008, exception faite du sacre de Luka Modric l’an passé.

Ce résultat relance un éternel débat : le Ballon d’or récompense-t-il le meilleur joueur du monde ou le meilleur joueur de la meilleure équipe du monde ? Un débat finalement résumé par l’entraîneur de Liverpool, Jurgen Klopp : « Si vous voulez donner le Ballon d’or au meilleur de cette génération de joueurs, c’est Messi. Si c’est au meilleur de l’année passée, c’est van Dijk. » Débat, semble-t-il, tranché par les 180 journalistes qui composent le jury.

Chez les femmes, il y a eu moins d’interrogations. La récompense ne laissait guère place au suspense : à 34 ans, Megan Rapinoe méritait plus que jamais d’inscrire son nom au palmarès d’un prix qui a trop longtemps ignoré les footballeuses. Sans surprise, la star américaine du soccer a succédé à la Norvégienne Ada Hegerberg, vainqueure l’an dernier du premier Ballon d’or féminin de l’histoire.

Lire aussi Ballon d’or féminin : Megan Rapinoe, évidemment

Meilleur buteur en Europe

Comme presque chaque année, La star du Barça (32 ans), déjà lauréat du prix FIFA The Best en septembre, a fini meilleur buteur européen de la saison 2018-2019, avec 36 buts. S’il s’est arrêté en demi-finales de la Ligue des champions (en inscrivant tout de même 12 buts dans cette compétition, record de la saison), il a été le principal atout des Catalans dans la quête de leur 26titre de champions d’Espagne.

Pour ne rien gâcher, « la Pulga » (la puce) a également délivré 17 passes décisives sur l’année civile. Il a tout simplement été le joueur qui a le plus pesé avec son club, en termes de buts, de passes, ou de ratio buts par match.

Problème : Leo Messi n’a pas pu empêcher l’humiliation d’une défaite 4-0 face à Liverpool en demi-finales retour de la Ligue des champions, six jours après avoir corrigé les Anglais 3-0 à l’aller avec un doublé en prime. Il n’a pas non plus permis à l’Argentine de conquérir la Copa America et a même écopé de trois mois de suspension après avoir émis l’avis que la Conmebol, la Confédération sud-américaine de football, était vendue au Brésil.

Ce nouveau trophée ne manquera de provoquer de vives réactions. Lionel Messi avait notamment face à lui l’armada des joueurs de Liverpool, qui a remporté la Ligue des champions cette saison et terminé deuxième de Premier League, le championnat anglais, avec une seule défaite au compteur.

Les attaquants Mohamed Sala et Sadio Mané, le défenseur Virgil van Dijk et le gardien brésilien Alisson Becker étaient, en effet, de potentiels et crédibles vainqueurs. Mais le fabuleux parcours des joueurs des Reds n’a pas pesé face au talent individuel et aux statistiques toujours plus affolantes de Lionel Messi.

« C’est le meilleur »

L’Argentin a disputé son 700e match avec le Barça. C’est encore lui qui, dimanche 1er décembre, a offert la victoire à son club face à l’Atlético Madrid au prix d’un nouvel exploit individuel. « Ce que Messi a fait, avec une telle facilité, c’est pour ça que c’est le meilleur », a jugé Saul Niguez, milieu de terrain des Colchoneros. Un but de Ballon d’or pour le quotidien sportif madrilène Marca.

Le joueur de la Juventus Turin, Cristiano Ronaldo, termine à la 3e place, sur le podium de la plus prestigieuse des récompenses individuelles. Le Portugais avait décidé de boycotter la cérémonie de remise du trophée. Il ne rattrapera sans doute plus Lionel Messi, désormais seul sur sa planète.





En Savoir Plus

Post Comment