Sud-Kivu : la société civile demande à la MONUSCO de communiquer davantage sur ses actions sur le terrain

Sud-Kivu : la société civile demande à la MONUSCO de communiquer davantage sur ses actions sur le terrain



La société civile et les mouvements citoyens ont demandé à la MONUSCO de communiquer davantage avec la population sur l’exécution correcte de son mandat dans la province du Sud-Kivu. La demande a été formulée mardi 26 novembre à Bukavu lors de la rencontre entre la MONUSCO et les principaux acteurs de la société civile, dont les membres des mouvements citoyens.

Selon une militante du mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA), Judith Marroy, les participants sont tous tombés d’accord qu’à un certain niveau, « la protection des civils est un échec pour la MONUSCO. »

« Elle devrait améliorer sa façon de communiquer. Il y avait un déficit de communication. Elle ne communique pas sur tout ce qu’elle fait. Parfois elle est taxée parce que la population ne sait pas effectivement ce qu’elle fait sur le terrain », estime-t-elle.

Même si la MONUSCO a des failles dans la protection des civiles, Judith Marroy a reconnu une évolution positive de la situation des droits humains grâce à la Mission onusienne.

« On a aussi reconnu que toute la responsabilité ne devrait être incombée à la MONUSCO, mais également et beaucoup plus aux autorités. D’autant plus que des tensions sont souvent entretenues par des hommes politiques, et c’est par là que la société civile devrait commencer, en dénonçant des tireurs des ficelles », a-t-elle proposé.

Pour sa part, la MONUSCO/ Sud-Kivu a pris l’engagement d’une collaboration accentuée et des échanges d’information de façon plus soutenue et pro active dans l’objectif de combattre la désinformation et la propagation des nouvelles de nature à déstabiliser la province.



En Savoir Plus

Post Comment